Celle qui a tiré un trait.

Il y avait ce film…
Ce n’était pas n’importe quel film, mais le premier que nous avions vu ensemble dans une salle obscure.
Je me souviens que l’histoire décrite sur la brochure du cinéma ne nous plaisait pas particulièrement, mais comme nous avions besoin de nous sentir ensemble, l’histoire importait peu.
Il s’agissait d’un vieillard narrant sa jeunesse. Enfant, ne pouvant choisir entre son père et sa mère lors du divorce de ses parents, il nous raconte comment serait devenue sa vie s’il avait choisi l’un ou l’autre… S’il était sorti avec cette fille, ou s’il s’était marié à une autre… S’il avait embrassé une carrière de scientifique ou même celle d’un père de famille. Ne pouvant choisir, le personnage nous balade d’une vie à l’autre nous rappelant quel impact peut avoir une rencontre sur une vie, qu’un choix même le plus anodin, ne reste jamais sans conséquences. Il me semble que l’on appelle cela « l’effet papillon ».

Quelque chose dans ce film fascinait Mr. N, (le garçon avec qui j’étais à l’époque),
au point même qu’il pouvait le regarder en boucle et connaître certaines répliques par cœur. Je trouvais cela mignon, mais j’avais aussi peur qu’il puisse s’identifier un peu trop à ce personnage incapable de se fixer.
Il y avait ce film, mais il y avait aussi une autre histoire qui fut la nôtre dans laquelle une jeune femme s’amusait du bout de son index, à relier un à un les grains de beauté sur la peau de son amoureux.
Elle écoutait ses promesses et un anneau était suspendu à l’un de ses doigts…
L’histoire paraît fabuleuse sur le papier et je mentirais si je disais que je ne rêve plus de nous deux. Mes rêves sont les seules choses que je ne contrôle pas.
Ce n’est ni de l’amour ni de la tendresse, juste des souvenirs égarés d’un passé vécu ensemble.
Bien sûr que nous nous sommes aimés, mais ce garçon qui m’a fait autant de mal que de bien me détruisait à petit feu. Puis est venu le jour, où je n’ai plus su retenir mes larmes.

IMG_4680

Si il m’a perdu, je me suis pour ma part trouvée. Aujourd’hui, je ne l’aime plus.
Ma vie a changé. La fille qu’il connaissait n’existe plus. Elle s’est envolée. Il a pu me redécouvrir plus forte, plus sûre de moi et plus femme que celle que j’étais.
Je me suis déjà demandée si je devais lui en être reconnaissante, rien que pour avoir facilité cette transition, mais la vérité est que je ne veux rien lui devoir. Mon bonheur n’a jamais dépendu de lui.
Quant au vieillard dans le film ?
On ne sait pas ce qu’il est devenu, mais comme il était le dernier mortel vivant sur Terre, espérons qu’il soit en paix…
Et puis ce n’est qu’une fiction, non ?!   😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s